Ouverture de la bouteille :

  • N'ouvrir la bouteille qu'au moment de servir la première coupe pour éviter au Champagne de s'éventer.
  • La première action consiste à enlever le muselet, en maintenant le bouchon avec le pouce de l'autre main. Tenir la bouteille serrée d'une main, inclinée de 45° puis tourner la bouteille (surtout pas le bouchon) d'un quart de tour fermement et posément... En cas d'échec, aidez vous d'une serviette ou d'une pince spéciale...
    En désespoir de cause, sabrer la bouteille ! N'abdiquez jamais !

Servir frais :

La température idéale est de 6°C à 9 °C lorsqu'il est jeune, jusqu'à 10 °C lorsqu'il est plus mature ou millésimé. Il est déconseillé pour le rafraîchir de le mettre au congélateur ou dans un seau de glace car ces procédés "cassent" le vin. Le seau à glace ne sert qu'à maintenir le champagne à température.


Le service :

Le champagne se consomme à toute heure aussi bien en qualité d’apéritif que pendant les repas et après les repas.
On utilise de préférence une flûte ou un verre dit "tulipe", les coupes étant accusées de perdre l'arôme du champagne ainsi que de laisser les bulles s'échapper plus facilement. Il faut penser à changer les flûtes chaque fois qu'on change de cru. La dose standard est 10 cl. Les sommeliers comptent 6 à 10 flûtes pour une bouteille de 75 cl. Le contenant doit absolument être en verre ou en cristal et surtout pas en plastique. Le plastique étant hydrophobe, il ne permet pas aux bulles d'être fines et de pétiller : elles restent collées aux les parois.

Comment faire ?

  • Détacher le muselet métallique cerclant le bouchon.
  • Prendre la bouteille d’une main et faire glisser rapidement le dos de la lame le long du col de la bouteille. Sous le choc, la collerette casse net et s’envole avec le bouchon.


Attention ! Il est préférable de s’entraîner auparavant avec quelques bouteilles de cidre ou de mousseux ! Assurez-vous aussi que personne ne se trouve dans la trajectoire et surtout, bien que la lame ne soit pas tranchante, ne pas la laisser à portée des enfants.

Les vins de Champagne surprennent à table ! Il en existe des aromatiques, des corsés, des élégants... autant de saveurs, autant de complexité qui pourront accompagner les mets les plus délicats. Le vin de Champagne se boit en toutes occasions et il peut être le vin unique de tout un repas.

  • Le Blanc de Blancs est par essence le Champagne d´apéritif. Il est issu du Chardonnay. Il a une bonne aptitude au vieillissement, et révèle des arômes de noisette, de beurre, d´épices.
  • Les Champagnes rosés, quant à eux, pourront accompagner tartes, viandes blanches, gougères... Leur jolie robe leur permet également de se distinguer à l´apéritif.
  • Les Bruts non millésimés peuvent accompagner les entrées et les plats de poissons et de fruits de mer.
  • Les Extra Bruts sont idéaux avec les huîtres (l'iode se marie mal avec le sucre), les poissons crus de la cuisine japonaise et tous les fruits de mer.
  • Les Bruts millésimés et les Champagnes rosés peuvent être servis avec les plats de viande et les fromages ; les millésimes les plus jeunes doivent précéder les vins plus anciens.
  • Le Sec et le Demi-sec sont parfaits en accompagnement de desserts.

La bouteille de Champagne se conserve en position couchée, afin que le bouchon reste au contact du vin.

L'idéal est une cave avec une température stable de l'ordre de 10-12°C et un taux d'humidité de l'ordre de 60-70%. Si vous n'avez pas de cave, conserver le Champagne dans un lieu sombre où les conditions sont les plus stables possibles.

Attention : ne conservez pas votre bouteille plusieurs jours au réfrigérateur.

Dans tous les cas, sachez que, contrairement à d'autres grands vins qui s'améliorent en les gardant quelques années, le Champagne ne s'améliore pas lorsque vous le conservez. Seule la durée de conservation avant le dégorgement (voir l'élaboration du Champagne), donc avant l'achat, permet d'obtenir un Champagne de meilleure qualité.

On peut lire sur une étiquette de champagne la marque, le nom de l'élaborateur, le dosage (brut, sec, zéro dosage, etc.), le millésime — ou en son absence, la commune d'origine des raisins, et parfois la cotation qualitative des raisins : « grand cru » pour les dix-sept communes qui ont le droit à ce titre ou « premier cru » pour les quarante et une autres. Le statut professionnel du producteur est obligatoire et se traduit par les caractères suivants :

  • NM : Négociant manipulant. Maisons de champagne qui élaborent et commercialisent leur vin. La majorité possède des vignobles, mais achète aussi le raisin de producteurs locaux ;
  • RM : Récoltant manipulant. Regroupe l'ensemble des vignerons qui élaborent et commercialisent leurs propres cuvées à partir de leur seul raisin ;
  • CM : Coopérative de manipulation. Ce sont des vins élaborés et vendus par une union de producteurs ;
  • RC : Récoltant coopérateur. Le viticulteur confie ses raisins à sa coopérative pour qu'elle élabore le vin, puis récupère tout ou partie des bouteilles terminées pour les commercialiser ;
  • SR : Société de récoltants. Assez rare, le plus souvent familiale, elle élabore et commercialise en commun ;
  • ND : Négociant distributeur. C'est un négociant qui achète des bouteilles terminées à d'autres opérateurs, et les commercialise sous sa propre marque ;
  • MA : Marque d'acheteur.

Le vin de Champagne est chaleureusement recommandé en œnothérapie au motif qu'il « dissipe les états nauséeux et soutient le moral ». Le chanoine Godinot en 1718, dans son traité sur les vins de Champagne, assurait : « De tous les vins, il n'en est pas de meilleur pour la santé qu'un vin gris de Champagne, ou couleur œil de perdrix ».

Ses qualités :

  • Son gaz carbonique provient uniquement de la seconde fermentation et n'est pas artificielle, comme l'est celle de certains vins mousseux et des boissons gazéifiées.
  • Le champagne n'irrite pas l'estomac malgré un pH très faible, il ne nuit pas à la digestion, mais l'améliore, en dissolvant les graisses et en évitant les ballonnements.
  • Comme tous les vins blancs secs, il est diurétique et aide à éliminer les excès.
  • Il est riche en sels minéraux assimilables, en particulier en potassium, en calcium, en magnésium et en soufre, et possède donc des propriétés dépuratives, détoxicantes et anti-inflammatoires. Il agit ainsi sur les rhumatismes, les rhumes et les allergies.
  • Il contient aussi des oligo-éléments, dont le zinc, utile à la régulation de l'influx nerveux, et avant l'utilisation des anxiolytiques, le champagne était reconnu comme antidépresseur et anxiolytique. Il contient aussi du phosphore et du lithium importants pour la régulation des humeurs.

En 1961, Madame Bollinger répondit à un journaliste du London Daily Mail qui l'interrogeait sur sa consommation de Champagne : « Je le bois lorsque je suis joyeuse et lorsque je suis triste. Parfois, je le prends quand je suis seule. Je le considère obligatoire lorsque j'ai de la compagnie. Je joue avec quand je n'ai pas d'appétit, et j'en bois lorsque j'ai faim. Sinon je n'y touche jamais, à moins que je n'aie soif ».

« Le champagne : c'est le seul vin qui laisse la femme belle après boire », disait de lui la Madame de Pompadour.

« Si je n'étais roi de France, je voudrais être prince d'Ay » aurait dit Henri IV.