Le champagne est apparu vers la fin du XVII siècle, lorsque les moines-cellériers ont mis au point les techniques de champagnisation. Dom Pérignon, moine de l’abbaye d’Hautvillers, entre autres, s’y intéressa et lui consacra attention, diligence et savoir-faire. On lui doit des vins blancs mousseux de qualité, issus de "cuvées dorées" qui furent les authentiques ancêtres du champagne et de LA CHAMPAGNE.

Le sous-sol est particulièrement crayeux ; on trouve dans quelques endroits de la craie mélangée à du sable ou de l'argile. La vigne est plantée à des hauteurs diverses, sur des coteaux plus ou moins escarpés. L'exposition des terrains est assez diverse elle-aussi.


On distingue quatre régions viticoles :

  • La Montagne de Reims,
  • La Vallée de la Marne,
  • La Côte des Blancs et le Sézannais,
  • La Côte des Bar et Montgueux.

La Champagne dénombre 312 villages viticoles qui déterminent chacun un cru. Chaque cru porte ainsi le nom d'un village : par exemple Verzy, Aÿ, Cramant, Verzenay,…
Les 312 communes ont été classées au début du siècle sur une échelle de crus qui va de 80% à 100%, élaborée suivant le prix auquel on achetait le kilogramme de raisin sur tel ou tel cru, à l'époque. Ce classement servait encore, jusqu'ici, à calculer le prix du kg de raisin, mais il est de moins en moins suivi. 17 communes sont classées "Grand Cru 100%" et 41 communes ont été classées "Premier Cru".

En Champagne, le climat est de type continental avec une influence océanique ; la température moyenne annuelle est de 10 °C et le nombre d'heures d'ensoleillement d'avril à septembre, varie de 1200 à 1400 h par an. La maturation des raisins est donc particulièrement lente et difficile : cela détermine toute la finesse du champagne.

Depuis 1935, trois cépages seulement sont autorisés en Champagne : le Pinot Noir, le Pinot Meunier et le Chardonnay, ayant au fil du temps démontré leur adéquation au terroir.


Répartition sur le vignoble :

Le Chardonnay, unique cépage blanc est planté sur 26% de la surface du vignoble. Les cépages noirs, le Meunier et le Pinot Noir se partagent à parts égales les 74% de la surface restants.

Le Pinot Noir :

Il donne au vin des arômes de fruits rouges ; c'est le cépage qui apporte à l'assemblage du corps et de la puissance.

Répartition des cépages champenois

Le Pinot Meunier :

Ce cépage est souple et fruité, il donne au vin de la rondeur. Son bouquet est intense; il évolue plus rapidement dans le temps et donne au vin de la rondeur.
Le Chardonnay :

Il donne des notes florales et parfois minérales quand il est jeune. Il évolue lentement et cette caractéristique en fait un complément idéal pour le vieillissement des vins. C’est le cépage de la finesse.

L'Appellation d'Origine Contrôlée "Champagne" date du début de ce siècle. Peu de gens le savent car c'est la seule appellation ayant le droit de ne pas faire apparaître la mention "AOC" sur l'étiquette.


Pour pouvoir porter l'appellation "Champagne", un vin doit répondre à un certain nombre de conditions ; il doit notamment :

  • provenir de raisins cultivés dans l'aire délimitée, qui représente 35.000 hectares de terres ;
  • provenir des trois cépages autorisés que sont le Chardonnay, le Pinot Noir et le Meunier ;
  • provenir de vignes taillées selon les tailles "Chablis", "Cordon", "Guyot" et "Vallée de la Marne" ;
  • provenir de vignes ne dépassant pas un rendement de 50 à 60 hl à l'hectare ;
  • être issu d'un moût caractérisé par un taux de vinification de 1600 kg pour 1000 litres;
  • être élaboré suivant la méthode champenoise;
  • n'être commercialisé qu'après avoir été conservé au moins quinze mois depuis le tirage, trois années depuis la vendange pour les vins millésimés.


En 1978, le Comité Interprofessionnel du Vin de Champagne (CIVC) a décrété que "les raisins dont la cueillette aurait été effectuée à l'aide d'engins mécaniques, ne peuvent revendiquer l'appellation "Champagne", ni l'appellation "Coteaux Champenois".